Quelles différences avec les autres pédagogies ?

« Quand un enfant fait quelque chose qui le passionne, il grandit comme un arbre, dans toutes les directions. » John Holt

 

Différences avec les autres écoles

Si l’on devait classer les écoles démocratiques, on les rangerait dans le groupe des écoles du 3ème type. Une école du 3ème type, mais qu’est-ce donc ? Ce nom étrange provient d’une classification proposée par Bernard Collot, ancien enseignant dans une petite école à classe unique, au sein de laquelle il a expérimenté une nouvelle vision de l’apprentissage.

En premier lieu, il y a l’école classique, que l’on pourrait qualifier de « 1er type » : celle où l’enseignant transmet des connaissances à l’enfant qui est passif. La relation est une relation d’apprenant à appris, et l’enseignant détient l’autorité.

 

 

En second lieu, il y a ce qu’on pourrait qualifier d’école du « deuxième type », d’un genre nouveau : il s’agit des lieux qui choisissent des pédagogies alternatives (Montessori, Freinet, Steiner….) qui rendent l’enfant acteur de ses apprentissages, et encouragent son autonomie et sa confiance. Contrairement aux écoles démocratiques, la pédagogie Montessori est basée en partie sur un environnement agencé afin que l’enfant choisisse parmi le panel d’activités proposés par l’adulte afin d’atteindre des objectifs d’apprentissages prédéterminés. Dans les écoles Sudbury, c’est le Conseil d’école, et donc les jeunes, qui choisissent et agencent l’environnement ainsi que le matériel à acquérir. La liberté accordée à chacun est donc bien plus large.

En dernier lieu, en poussant un peu plus loin encore, nous nous attarderons sur l’école « du 3ème type » : il s’agit d’une école vivante, démocratique, dans laquelle les enfants vivent des apprentissages autonomes, qui font sens pour eux. Ce n’est plus une pédagogie alternative qui est proposée, mais une alternative à la pédagogie, quelle qu’elle soit.

 

Une école qui abolit les notions de retard, les « dys » ou autres problèmes d’apprentissages

Dans ce lieu, tous les apprentissages ont la même valeur, toutes les intelligences sont reconnues de la même façon, qu’elle soit visuelles, musicales, mathématiques etc…..

Dans ce lieu, nous oublions les notions de retard d’apprentissage, d’enfant intellectuellement précoce, en somme de trouble des apprentissages, car il n’y a plus de normes pour apprendre telle ou telle chose, mais simplement des parcours différents riches de sens et d’épanouissement.

Dans ce lieu, nous oublions également les notions de pathologie, handicap, ou enfant hors-norme, et nous parlons d’enfant unique, avec des talents spécifiques, qui jaillissent lorsque l’enfant est « prêt » à les laisser s’exprimer.

Dans ce lieu enfin, toutes les compétences sont respectées, les enfants sont encouragés dans les domaines pour lesquels ils sont enthousiastes. Il s’agit d’accompagner les enfants d’aujourd’hui afin qu’il deviennent les adultes épanouis et responsables de demain. Ils apprendront ainsi à vivre des journées qui leur correspondent, qui les enthousiasment, et qui les fassent grandir, dans tous les sens du terme, pour devenir des adultes heureux.

 

chapeaux